Les mots entre mes mains – Guinevere Glasfurd –

41+rg1HMkBL._SX210_Quel portrait de femme étonnant nous livre là Guinevere Glasfurd ! Au point qu’on en oublie totalement presque Descartes. Franchement, pour moi, l’attrait principal de Les mots entre mes mains ne fut pas de connaître les tenants et aboutissants de la liaison du grand philosophe avec une servante, lors d’un de ses exils aux Pays-Bas ; mais bien de partager avec Helena Jans, la vie des femmes de son époque et de sa condition. Et que dire de cette quête des mots et du langage, cette opiniâtreté à vouloir s’approprier l’écriture à la plume avec toutes les difficultés matérielles que cela supposait : comment se procurer l’encre, le papier ? Comment ne pas gâcher le peu qui a été donné ? Et ce geste de lisser la plume entre ses doigts juste avant de la tremper dans l’encrier et de commencer à écrire… Et tout cela, en secret, avec la peur d’être découverte car au XVIIème siècle, c’était sacrilège de vouloir instruire les filles, même de bonne famille, alors que dire des servantes…

– « Qu’est-ce qu’il a, ton bras ?
– C’est rien.
– Non, c’est pas rien ! » Elle remonte ma manche. « De l’écriture ? Il y a des mots sur ta peau. Partout ! »
Elle essaie de s’expliquer cette éruption étrange, frotte dessus avec son pouce.
« C’est arrivé comment ?
– Je les ai écrits ».

Une enfant va naître des amours de Descartes et d’Helena. Le philosophe va alors gérer cette situation en grand-homme (au regard bien sûr de son époque) avec le souci premier d’éviter le scandale pour continuer ses recherches et son œuvre, tout en conciliant sa paternité et sa relation avec Helena. Ce qui forcément, ne sera pas simple : on ne peut disposer des êtres comme des choses et son ancienne servante n’a pas l’intention de jouer le rôle qu’il compte lui assigner.

Mais s’il ne remarque pas que je m’en vais, je ne sais plus dans quel monde je suis désormais : un monde qu’il a organisé pour son plaisir – à l’encontre des règles et de celles que je suivais jusqu’alors ? Serais-je surprise si je me réveillais un jour pour découvrir que, finalement, la Terre tourne et que Dieu a disparu ?

Helena veut un avenir pour sa fille. Cette enfant va la pousser à établir cette fameuse liste (que je vous laisse découvrir) et qui va être le fil rouge de sa vie…images

Guinevere Glasfurd nous plonge vraiment dans l’univers de cette époque ; que ce soit le monde des lettres et des sciences du XVIIème, les enjeux et les tâtonnements des recherches de Descartes et leur réception auprès des savants du monde occidental, la condition féminine, le parcours d’un livre de sa rédaction à l’objet imprimé jusqu’à sa diffusion… tout est juste et crédible !

Le seul reproche que je ferai, c’est le rythme du récit qui aurait mérité d’être un peu plus soutenu, surtout dans la première partie, mais là, je chipote ! Car ce rythme colle malgré tout bien à l’histoire.

Et pour finir sur une jolie note, j’ai aimé ce clin d’œil à Virginia Woolf :

J’ai une chambre à moi.
Je ne compte plus les jours.

¤ ¤ ¤
4ième de couv :

Quand Helena Jans van der Strom arrive à Amsterdam pour travailler chez un libraire, la jeune femme, fascinée par les mots, a appris seule à lire et à écrire. Son appétit pour la vie et sa soif de connaissance trouveront des échos dans le cœur et l’esprit du philosophe René Descartes. Mais dans ce XVIIe siècle d’ombres et de lumières, où les penseurs sont souvent sévèrement punis, où les femmes n’ont aucun droit, leur liaison pourrait les perdre.
Descartes est catholique, Helena est protestante. Il est philosophe, elle est servante. Que peut être leur avenir?

À partir d’une grande histoire d’amour avérée et méconnue, Guinevere Glasfurd dresse le portrait fascinant d’une femme lumineuse en avance sur son temps. Un roman de passion et de liberté sur fond de fresques envoutantes des Pays-Bas au « siècle d’or ».

 

Publicités

2 réflexions sur “Les mots entre mes mains – Guinevere Glasfurd –

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s