J’ai longtemps eu peur de la nuit – Yasmine Ghata –

indexJ’ai lu ce livre en une soirée. Je n’ai pas pu le lâcher. Le récit commence sur la préparation d’un atelier d’écriture au sein d’une classe de lycéens. La consigne est simple : chacun des ados participants devra amener pour la prochaine séance, un objet ancien, ancré dans l’histoire familiale et auquel il est attaché…

Une demande simple et pleine de promesse d’écriture, qui va se révéler difficile pour Arsène, jeune orphelin rwandais qui a échappé aux massacres. Il aurait pu laisser tomber la consigne et broder une histoire avec n’importe quel objet sorti d’un placard. Mais non. Arsène apporte au lycée la seule chose matérielle qui le rattache à son pays d’origine, son histoire : une vieille valise en cuir.

J’ai choisi cette valise car c’est la seule chose qui me reste de ma famille biologique et de mon pays natal, Le Rwanda. Elle m’a sauvée la vie. 

Yasmine Ghata nous livre là une histoire poignante, sans user de procédés éculés pour amener l’émotion à tout prix. Le récit navigue entre deux histoires parallèles de perte et de souffrance, incomparables : celle de Suzanne, animatrice de l’atelier, qui se remémore sa vie après la disparition de son père…images

Suzanne devint muette ce jour-là, la colère et la frustration étaient trop fortes. Aucun son ne pouvait plus sortir de sa bouche. Les mots étaient une forme de légèreté qu’elle semblait avoir perdue à jamais.

… et celle d’Arsène dans sa fuite en avant, son errance sans but, gamin affamé et terrorisé devant les cadavres et les massacres, avec en tête une seule obsession, celle de respecter la volonté de sa grand-mère : fuir pour rester en vie !

Plus rien ne peut te faire peur, toi qui as erré si petit dans ce paysage hostile. Si, une chose te fait peur, te terrorise même, c’est de raconter. Ces événements enfouis dans ta mémoire pourraient ne jamais avoir existé, tu te dis parfois que c’est une légende qui court sur ton enfance.

Ce qui les relie : les mots. Cette fantastique possibilité de se reconstruire par l’écriture…

Les paroles pour l’un, l’écriture pour l’autre les conduisent à la recherche de soi. 

Doucement, tout doucement. L’un raconte et l’autre prend la plume, suspendue à son histoire maintenue si longtemps enfouie, pour ne pas avoir mal. Pour pouvoir continuer, avancer. Petit à petit, le récit prend forme et la douleur qui n’avait jamais été exprimée, se dissipe peu à peu pour laisser place à une formidable envie de vivre !

¤ ¤ ¤
4ième de couv :

Tout commence lorsque Suzanne, qui anime des ateliers d’écriture, demande à chacun de ses élèves d’apporter un objet de famille susceptible d’illustrer sa vie personnelle. L’un d’entre eux, Arsène, un orphelin rwandais réfugié en France après avoir réussi à échapper aux massacres qui ont ensanglanté son pays, doit avouer qu’il ne possède rien d’autre qu’une valise qui lui a servi d’abri durant sa fuite. C’est à partir de cet objet singulier que Suzanne va le convaincre de lui raconter son itinéraire et de lui livrer le secret de sa jeune existence. L’exercice devient pour Arsène le moyen d’exorciser sa  » peur de la nuit  » et de renouer les fils d’une identité dévastée, tandis que Suzanne accomplit son propre rituel du souvenir en revenant, pour un ultime adieu, sur les traces d’un père prématurément disparu. Par la grâce de l’écriture et de l’imaginaire.

Publicités

3 réflexions sur “J’ai longtemps eu peur de la nuit – Yasmine Ghata –

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s