J’ai longtemps eu peur de la nuit 2 – Yasmine Ghata –

indexElle aurait souhaité avoir à l’époque une conscience d’adulte, elle aurait pu déchiffrer le visage de sa mère incapable de lui dire « ton père est mort ». Le mot « disparu » disait tout et son contraire, il disait l’absence mais pas son irréversibilité, il n’indiquait en rien si ce départ était voulu ou subi, ne prévoyait aucune date de retour, le disparu s’étant comme volatilisé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s