La huitième vie (pour Brilka) – Nino Haratischwili –

indexIl ne faut pas que ses 955 pages vous effraient. Je connais des livres de 200 pages qui me sont tombés des mains. Celui-ci ne m’a pas lâché.

J’en ressors ébahie, légèrement groggy et tellement admirative de Nino Haratischwili que je ne tarderai pas à ouvrir un autre de ses livres. Cette jeune autrice, vivant depuis une quinzaine d’années seulement en Allemagne, a réussi le pari fou de nous faire vivre, à travers l’histoire d’une famille de 1917 à nos jours, la réalité politique, sociale et humaine de son pays d’origine : la Géorgie, et d’une bonne partie de l’ancien bloc de l’Est (Union soviétique et RDA confondues). Et tout cela dans sa langue d’adoption.

Toi et moi, et la légende, nous vivons. Alors nous devons essayer d’en faire quelque chose.

Le récit commence par la fugue de Brilka (adolescente un peu paumée et révoltée, qui a fui la Géorgie dans l’espoir de rejoindre Vienne) et l’obligation dans laquelle se trouve Niza (sa tante vivant en Allemagne et qu’elle n’a pas vu depuis son enfance) de la ramener chez elle. Niza va alors entreprendre l’écriture d’un livre pour Brilka, afin de lui raconter l’histoire de sa famille – ces racines si précieuses qui vous aident à tenir debout…

C’est peut-être ce jour-là précisément que j’ai compris aussi que dans la courte et banale histoire de ma vie étaient déjà inscrites beaucoup d’autres vies qui côtoyaient mes pensées et mes souvenirs, que je collectionnais et qui me faisaient grandir. Et que les histoires que j’aimais tant soutirer à Stasia n’étaient pas des contes qui me transportaient dans un autre temps, elles constituaient la terre ferme sur laquelle je vivais. 

Dans les veines de Brilka coule le sang des Iachi. Tout commence avec un célèbre chocolatier et un breuvage amer et doux, suave et sucré, chaud sans être brûlant : un mystérieux chocolat lié aux destins singuliers de cette famille que vous aurez du mal à quitter.

Je ne vous raconterais rien de plus. Il faut le lire et vous laisser emporter.

images

Les personnages foisonnent, mais vous ne vous y perdrez pas. Un arbre généalogique dans le revers de la couverture vous permettra de mieux situer les protagonistes. Les personnages féminins sont admirables. Pour ma part, Kitty, Stasia et Niza font partie de ceux dont j’ai eu le plus de plaisir à suivre l’histoire. Et Christine aussi…

Il y a tellement de thèmes abordés dans le livre de Nino Haratischwili, que je ne retiendrais que ceux qui m’ont le plus marqué :

– la lente désillusion que fut le socialisme, l’extermination de masse qui en découla, et tout ce que l’on sait mais qui est montré ici, de façon un peu différente car vu par le prisme de ce pays particulier qu’est la Géorgie, berceau de Staline ;
– le pouvoir de la terreur sur les êtres humains ;
– la place laissée aux femmes dans cette société prétendument égalitaire : celles qui le refusent, celles qui l’acceptent ;
– de si belles réflexions sur ce que sont l’exil, le déracinement et cette nécessité de l’intégration, si difficile ;
– la danse et ses illusions ;
– la chute du mur, ses espérances et ses désillusions ;
– cette vague de liberté qui a déferlé après la chute du mur de Berlin ;
– le prix de la vengeance : aussi élevé que l’on y renonce ou qu’on l’assouvisse ;
– les promesses que l’on se fait et qu’on ne tient pas toujours ; celles que l’on fait aux autres et qu’on n’oublie jamais ;
– …

Je m’arrête là, tant me semble si dérisoire cette liste qui ne vous donnera qu’un si maigre aperçu de la richesse de cette histoire.

Cette huitième vie, je vais la relire. Pour la beauté de son style, pour ses personnages hors normes, pour toutes ces citations en début, milieu ou fin de chapitre, qui apportent tellement à la narration, pour tout ce que je ne vous dis pas non plus…

Tu n’as plus à avoir peur, ni de la foudre et du tonnerre, ni d’un malheur ou de la mort. J’ai écrit contre la malédiction. J’ai essayé d’écarter de ton chemin tous les obstacles et pièges. Tu vas quand même trébucher, tomber,  mais je serais là, je t’aiderai autant que possible à te relever. Désormais je serais là, pour le reste de ma vie. Et c’est la seule promesse que je puisse faire à quelqu’un. Je te la fais, à toi.

¤ ¤ ¤
4ième de couv :

Géorgie, 1917. Stasia, la fille d’un chocolatier de génie, rêve d’une carrière de danseuse étoile à Paris lorsque, à tout juste dix-sept ans, elle s’éprend de Simon Iachi, premier-lieutenant de la Garde blanche. La révolution qui éclate en octobre contraint les deux amoureux à précipiter leur mariage.

Allemagne, 2006. Niza, l’arrière-petite fille de Stasia, s’est installée à Berlin depuis plusieurs années pour fuir le poids d’un passé familial trop douloureux. Quand Brilka, sa nièce de douze ans, profite d’un voyage à l’Ouest pour fuguer, c’est à elle de la retrouver pour la ramener au pays. À la recherche de son identité, elle entreprend d’écrire, pour elle et pour sa nièce, l’histoire de la famille Iachi sur six générations.

De Londres à Berlin, de Vienne à Tbilissi, de Saint-Pétersbourg à Moscou, le destin romanesque et parfois tragique des membres de cette famille géorgienne s’enchevêtre étroitement à l’histoire du sombre XXe siècle.

Publicités

3 réflexions sur “La huitième vie (pour Brilka) – Nino Haratischwili –

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s